Schubert - Symphonies Nos. 3 & 4 | Tonhalle Orchestra Zurich, David Zinman (2012) [FLAC]

Téléchargement & Détails

Téléchargement Anonyme

Nous vous recommandons fortement l'utilisation d'un VPN pour télécharger vos torrents en toute sécurité & anonymat :

Accéder au VPN Trust.zone
Télécharger Télécharger le torrent
Mots clés Flac (16 bit) Cd Album Classique
Seeders 8 Leechers 0 Complétés 28
Informations Voir les informations
Fichiers 19 - Voir les fichiers

Présentation

Ajouter à mes favoris Voir le NFO Signaler


Schubert - Symphonies Nos. 3 & 4 | Tonhalle Orchestra Zurich, David Zinman


2012

180517120007951281.jpg

David Zinman (né le 9 juillet 1936 à New York) est un chef d'orchestre américain.
Il a été l'assistant de Pierre Monteux de 1961 à 1964....(...page Wiki...)

Il y a une manière éloquente de présenter le chef d'orchestre américain David Zinman (car en France, il reste un nom méconnu du grand public quoique très respecté par la profession) : lorsqu'un de ses nombreux enregistrements (pour Sony, Telarc, Decca ou RCA, pour qui il grave une formidable intégrale des symphonies de Gustav Mahler avec l'orchestre de la Tonhalle de Zurich, dont il est le patron) participe à une table ronde critique "à l'aveugle" sur une chaîne de radio, il rafle la mise ou la rate de peu. Et ceci qu'il s'agisse d'Elgar ou de Beethoven, dont ses versions des concertos et symphonies ne sont pas toujours citées dans les discographies dites "autorisées" mais sont étonnantes de fraîcheur et de densité. Car Zinman, né à Brooklyn en 1936, est un chef à l'ancienne, cultivé, expérimenté, qui fêtera dans moins d'un lustre ses noces d'or avec le métier qu'il a appris patiemment, en observant les grands.
Pierre Monteux (1875-1964), par exemple, le mythique créateur du Sacre du printemps, de Stravinsky. "J'ai eu cette chance de l'assister et de "préparer" des orchestres pour lui, notamment pour ses derniers enregistrements londoniens." Monteux racontait des choses merveilleuses mais surprenantes. "Il avait "préparé" un orchestre parisien pour Mahler, mais il me disait, encore mécontent : "Il ne m'a même pas remercié pour mon travail !" Mais il admirait sa précision musicale sourcilleuse. Il se souvenait aussi très bien de Brahms mais ne s'était pas entretenu avec lui, car, disait Monteux, "Brahms ne parlait pas le français...""
Selon Zinman, les "grands" ne donnent que rarement des conseils éthérés. Il demande un jour à Erich Leinsdorf (1912-1993) la marche à suivre pour un jeune chef débutant : "Je m'attendais à tout, sauf à ce qu'il me réponde le plus sérieusement du monde : "N'achetez jamais, louez." J'en ris encore." Monteux encore, à qui il demandait dans quel esprit diriger La Mer, de Claude Debussy : "Quand je la dirige, je pense toujours à des côtes de porc." Pourquoi ? "Parce que les contrebassistes de l'orchestre en faisaient griller pendant les premières répétitions que j'ai faites de l'oeuvre.".
Zinman fourmille d'anecdotes et compte les consigner dans un livre auquel il travaille. "Ce sera une publication posthume, mais ni des mémoires, ni un recueil de méchancetés." Alléché, on lui demande si l'on pourra procéder un jour à une précommande : "Si vous vivez assez vieux", répond-il, avec un humour très brooklynien, du haut de ses 73 ans.
Le talent et la réputation de Zinman lui permettraient de ne diriger que le grand répertoire. Mais il se passionne pour Elgar, Nielsen ou Honegger, sur lequel il est intarissable. "On se trompe sur ce musicien, qui est un vrai inventeur. Réécoutez la Monopartita par exemple : un chef-d'oeuvre." Il aime le "senior" Henri Dutilleux mais aussi les "benjamins" Marc-André Dalbavie et Pascal Dusapin. Et on le sent prêt à prendre note de tout nom qu'on lui suggérerait. Peine perdue : il connaît tout. Aurait-il tout de même, caché par ses dilections si vastes, un dégoût particulier ? "Je n'y ai jamais réfléchi, car je ne vois pas pourquoi je me priverais de certaines musiques." On insiste ; il lâche, à contrecoeur : "Hans Pfitzner." C'est tout ? "Et Max Reger." Mais c'est vraiment tout....(...source...)

Si David Zinman n’est pas le seul chef à s’attacher à rendre la musique classique accessible à de nouveaux publics, il a connu des succès renversants et lancé des initiatives qui sont à regarder de près par les institutions symphoniques.
RM : Vous êtes directeur musical de l’Orchestre de la Tonhalle de Zurich depuis 15 ans, et vous restez en osmose avec vos musiciens. Comment expliquez-vous la longévité de cette relation?*
DZ : J’ai tendance à avoir des mandats de longue durée : 12 ans avec l’Orchestre de chambre des Pays-Bas, 11 ans avec le Philharmonique de Rochester, 13 ans à Baltimore, 6 ans à Rotterdam. Pour chaque orchestre, je voulais que ce soit le dernier avec lequel je travaillerais. Avec la Tonhalle, ce sera vraiment le dernier. Encore quatre ans, et je me retire. J’aurai 80 ans.
RM : Quelle est la caractéristique de l’orchestre ?
DZ : La joie de jouer. Quand vous les voyez, vous comprenez ce que cela signifie. Beaucoup sont arrivés jeunes de différents orchestres comme l’Orchestre des Jeunes Gustav Mahler, l’Orchestre des Jeunes de l’Union Européenne. Ensuite, on a souhaité garder cette énergie dans notre recrutement. Aujourd’hui, la Tonhalle est un peu comme les Nations Unies !
RM : Une énergie et une jeunesse que vous voulez aussi avoir dans la salle, avec le programme «tonhalleLATE»?
DZ : La question était pour moi comment attirer le public et mettre dans le même programme Beethoven et Messiaen. La musique de Beethoven est provocatrice ! Malheureusement, des gens vont au concert pour prendre leur bain hebdomadaire de Brahms ou de Mozart. Avec tonhalleLATE, nous faisons des concerts réservés aux 18-30 ans. Pour commencer et pour finir, des DJs jouent de la musique électro dans le foyer et dans le hall d’entrée, et au milieu on joue une pièce importante, Amériques de Varèse, la 6ème ou la 10ème de Mahler…
RM : Comment vous est venue l’idée de cette formule?
DZ : Mon fils de 16 ans avait un ami qui lui avait dit : «Aucun de mes amis ne va au concert parce qu’ils ne veulent pas être vus avec leurs parents». On a donc créé une soirée interdite aux parents ! Aujourd’hui TonhalleLATE est vu comme un événement «cool» à Zurich, Montréal a repris le modèle, mais il m’a fallu sept ans pour faire réaliser cette idée !
RM : Vous avez été l’assistant de Pierre Monteux en début de carrière. Quel souvenir en gardez-vous ?
DZ : J’ai commencé ma carrière en 1958 et j’ai été son assistant à Londres à partir de 1961. J’assurais la répétition générale l’après-midi car il ne pouvait pas répéter et diriger le concert le même soir. C’était un apprentissage brutal. Ses Debussy, Franck, Dukas étaient fantastiques, mais aussi d’Indy, Rimski-Korsakov, il a créé Jeux de Debussy, il m’a appris La Mer, Daphnis et Chloé… Il ne dirigeait pas Mahler. Dans les années 1900, il avait préparé l’orchestre pour la Symphonie n°2 de Mahler avant qu’elle soit dirigée par le compositeur. De Mahler, il disait une seule chose : «Il ne m’a pas remercié». Sa plaisanterie favorite, quand on lui demandait s’il jouerait un bis, c’était de répondre : «Oui, la Symphonie n°8 de Mahler». Quand Monteux, quelqu’un d’une telle stature, a cru en moi, j’ai commencé à croire en moi-même.....(...source...)

180517120253570228.jpg

180517120439941515.png
18051712142139619.jpg

David Zinman et son groupe d'experts donnent des performances athlétiques et rigoureusement disciplinées de deux symphonies Schubert contrastées: le blithe, compact Third - le compositeur adolescent dans son style le plus Haydnais - et le plus ambitieux, loin d'être «tragique». par la veine mineure en Do mineur de Beethoven dans des œuvres telles que le Troisième Concerto pour piano et quatuor à cordes Op 18 No 4. Avec vibrato à cordes, tempi vif et sans trompette et trompettes et cornes sans valent, les interprétations ont un sens d'époque, bien souvent les timbales indûment étouffé. Prenant note de la marque maestoso de Schubert, Zinman insiste sur l'importance de la lente introduction du No 3, augmentant la tension jusqu'à ce que l'humeur soit ironiquement ponctionnée par le thème alléchant de la clarinette Allegro. Si d'autres chefs d'orchestre, dont l'inimitable Beecham (EMI) et Abbado (DG), évoquent un phrasé plus pointu et un esprit plus enjoué dans l'Allegro, la vitalité de Zinman est toujours exaltante. J'ai aussi apprécié le solo de clarinette bucolique au centre du deuxième mouvement d 'Allegretto, le zinman apporte à la valse rustique Trio et au bois complotant et conspirateur de la finale tarantella.
Zinman's Tragic impressionne également par sa transparence texturale, sa précision et son énergie: disons, dans les rythmes croisés du Minuet-Scherzo et le pur délice de la finale, où les détails comme les petites figures sautillantes pour flûte, hautbois et basson à la fin de l'exposition émergent avec une clarté parfaite. Typiquement, et plus controversé, Zinman encourage le hautbois à ajouter de petites touches d'ornementation dans la répétition du thème principal de l'Andante. Comme dans son récent Unfinished (6/12), l'approche directe et objective de Zinman, avec un minimum de flexion du pouls, souligne la lignée classique du mouvement par rapport à sa poésie romantique subjective. Au tempo plus large et plus souple, Abbado et le COE expriment plus tendrement le thème des cordes d'ouverture et trouvent plus de mystère dans les séquences de modulations à distance.
Distillant des sonorités quasi-périodiques d'un orchestre d'instruments modernes, le Tragic de Roger Norrington est en quelque sorte conçu de la même manière, bien que les sonorités des Stuttgarters soient plus légères, l'articulation plus nette et plus détachée. Les trompettes râpent la texture à des moments et des timbales culminants, joués avec des bâtons de bois durs, explosent comme des coups de feu. Le phrasé de Norrington tend à être plus détaillé que celui de Zinman. Parfois, il y a un peu de micro-gestion. Mais il y a beaucoup de récompenses: dans le thème principal du premier mouvement, par exemple, une attention plus méticuleuse aux crescendos et diminuendos en épingle à cheveux de Schubert renforce la sensation agitée et agitée de la musique, tandis que le Trio du Minuet est plus percutant. L'Andante est encore plus rapide que celui de Zinman, quoique plus souple, avec un pianissimo jouant de la délicatesse chaste et un relâchement romantique du tempo dans la coda songeuse.
Dans la Cinquième, toujours enchanteresse, hommage à la bien-aimée Mozart de Schubert, la manière de Norrington est d'une nuance plus géniale et plus détendue que dans sa version d'instrument d'époque des London Classical Players (EMI, 12/90). Les mouvements extérieurs sont délicieusement porteurs, les bois savourant leurs saillies et dialogues mozartiens. Je ne me soucie pas de l'ombrage astucieux de la figure à notes répétées dans le Menuet. Mais Norrington distille une tristesse touchante dans le trio pastoral, tandis que l'Andante combine un tempo mobile - vraiment con moto - avec un phrasé affectueux. Comme dans son enregistrement précédent, il accélère le pouls, efficacement, pour les épisodes modulants agités. Pour toutes ses idiosyncrasies occasionnelles, la fraîcheur et l'imagination de Norrington chez Schubert sont toujours convaincantes. Si vous aimez les performances d'époque, ce couplage, brillamment joué et finement enregistré, n'a pas de rivaux.....(...source...)

--------------------------------------------------------

171019122420785373.gif

180517121350749021.jpg


161207023836996301.jpg170815021051437205.gif

mini_180517121809211677.png

Label : RCA 88691963792
Parution : 2nd Jul 2012
Codec : Free Lossless Audio Codec (FLAC)
Channels : Stereo / 44100 HZ / 16 Bit
Bitrate : 672 kbps
Duration : 00:53:25
Inclus : Covers, Booklet, Cd, Log, nfo

--------------------------------------------------------

Commentaires

Derniers commentaires

  • utilisateur

     Philharmonic25

    540.90Go - 300.13Go

    Ajouté par Philharmonic25 il y a 1 mois

    Merci beaucoup, Zinman est toujours très intéressant à écouter, même quand il a le bras en écharpe.
  • utilisateur

     Vr008

    504.67Go - 218.68Go

    Ajouté par Vr008 il y a 1 mois

    Merci beaucoup pour ce partage !!!
    Dernière édition par Vr008 il ya 1 mois
  • utilisateur

     Adriennearsenau

    98.52Go - 98.35Go

    Ajouté par Adriennearsenau il y a 1 mois

    Un grand merci